AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Un artiste, un guide

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Le roi de coeur
Admin
avatar

Messages : 169
Date d'inscription : 27/06/2011

MessageSujet: Un artiste, un guide   Ven 16 Déc - 15:38

Nom : Saneada

Prénom : Noctus

Surnom :Eh toi!

Sexe :Masculin

Âge :20

Race : Humain


Possession connue : Une charrette, des vêtements, de la toile pour les jours de pluie, de quoi survivre une semaine dans le confort, une mine de plomb, un calame, du parchemin et pour certaines occasions un chevalet, un fifre, un poignard, des besicles . Il a aussi à son bord les marchandises que son père l’a envoyé vendre et un cheval pour tirer le tout.

Connaissances/capacités :
-Premiers soins
-Artiste polyvalent

Talent/pouvoir :
-Rhétorique
-Mediumnisme

Personnalité : Que dire de Noctus, après tout, peu importe ce que l’on pourra décrire de la personnalité de quelqu’un, il sera toujours plus que cela. D’abord, référons nous à ses habitudes. Il change rarement son train-train quotidien. Nous pouvons donc dire que Noctus est casanier. D’ailleurs il y a maintenant cinq ans, la vague de changement qui frappa ses contemporains ne l’affecta nullement. Peut-être parce que ce jean foutisme qui frappait le reste du monde était chez lui accompagné d’une couche épaisse de résignation. Attention, il n’allait pas non plus ignorer et mépriser son monde. Il était fort probable qu’il vous saluât en passant et s’inquiète de votre santé et de vos soucis. Mais derrière cette chaleur si particulière qu’il possède, se cache un monstre d’égoïsme. Il ne refusera bien sûr pas de rendre service à qui le lui demande, mais tout cela ne sert juste qu’à renforcer son image à ses yeux.

En effet, il aime à se voir comme une sorte d’être supérieur, et peut-être l’est-il? Quoi qu’il en soit, cette vision idéaliste de sa personne, l’a amené à s’affranchir des règles de Uneno. À ses yeux, l’on ne peut se développer librement qu’avec trois choses. Des valeurs, une morale et la liberté. Ayant récupéré les deux premières de son éducation et de son milieu de bourgeois aisés, il fit sienne la troisième. Et il en avait la capacité. Après tout, il est capable de rentrer dans n’importe quelle pièce de Uneno, que ce soit une auberge en hauteur ou un coffre-fort souterrain. Et par la porte encore! Avec la clé qui lui aura été remis par son propriétaire légitime.

Pas d’acrobatie spectaculaire, c’est fatiguant et on vous remarque. Pas d’invisibilité, juste la capacité de rester flou dans les mémoires. En fait, il a découvert que les mots ont un pouvoir, pouvoir qui ne s’exerce pas sur lui. Il est obstiné, têtu et quand il a une chose en tête, il la fait envers et contre tout! Néanmoins il n’est pas aussi inconscient que ses contemporains. Je ne savais pas que c’était interdit est sa phrase qui résout tous les problèmes. Bien sûr, s’il s’agissait d’une chose grave , peut-être qu’il aurait plus de mal à s’en tirer, mais ceux qui ont eu affaire à lui continuent de le sous-estimer. Juste un jeune un peu trop curieux. Et puis il est tellement affable. Une erreur courante.
Il ne reconnaît pas ses erreurs mais donne raison à son interlocuteur, il ne s’énerve pas mais trouve un moyen de faire payer au centuple à la personne qui l’offense. Encore faut-il l’offenser. Le monde lui est inférieur, en tant qu’être supérieur, il se doit de les guider et de les aider. Ou du moins c’est ce qu’il pense.

Une dernière parenthèse, Noctus est respectueux de toute les formes de vie, et le fait de blesser ou tuer un être vivant quel qu’il soit lui répugne.



Description physique : Ce qui permet surtout à Noctus d’être oubliable, c’est probablement le fait qu’il est plutôt commun. Grand, mais pas exagérément, gros mais pas obèse. Il porte des cheveux courts et noirs, possède un front large orné de sourcils massifs mais pas exagérément. Des grands yeux noirs aux cils longs cachés par des bésicles qu’il porte sur le nez. Les longues nuits de lectures ont affaibli sa vue. Sa démarche est quant à elle un peu ordinaire. Ses pieds avancent à 10h10 et il est un peu vouté. Alors naturellement, tout dans son apparence semble fuir le regard, même ses vêtements qu’il porte ample, sont austères et sombre, toujours dans les modes. Cela dit, s’il n’aime pas l’effort physique, cela ne veut pas dire qu’il est incapable de prouesses physiques. En fait s’il s’entretenait un peu mieux, il serait probablement un des êtres les plus beaux.

Histoire : Par où commencer l’histoire de Noctus, il sera aisé de la finir, mais débuter n’a jamais été chose simple, après tout, chacun est le résultat d’un ensemble de conséquences ayant pour origine des conséquences résultant d’autre conséquences. Mais puisqu’il faut commencer quelque part!
Noctus est le fils ainé d’un commerçant du nom de Saneada Lux et de son épouse Astrid Mergitur. Il vit le jour dans l’arrière-boutique de Celeste, si on ne l’a pas c’est un miracle qu’il vous faut. Ce jour-là, Celeste disposait d’une sage-femme. Mais le mal est fait Noctus existe, félicitation à lui, il va pouvoir découvrir le bonheur de souffrir, d’avoir faim, d’être sale, bonne chance à lui.

Laissons de côté les années de sa très tendre enfance et avançons jusqu’au moment où il apprit à lire. À ce moment-là Dei, le deuxième venait de fêter ses trois ans. Déjà leurs deux caractères s’affirmaient. Alors que Noctus pleurait rarement et était un des enfants les moins bagarreurs, l’activité favorite de Dei était de pleurer et de bouder. Mais curieusement, en dehors d’Astrid, Noctus seul le comprenait. D’ailleurs, il n’y avait pas que lui qu’il comprenait, à son âge, il apprenait déjà à comprendre le langage sous-jacent derrière les expressions des adultes.

Une autre histoire intéressante se déroula, durant une des innombrables messes qui arrivaient et qui parlaient de jugement sur une bêtise qu’il n’avait pas encore fait et sur laquelle il devait se repentir, il ressentit que toute la salle s’ennuyait. Aussi le plus naturellement du monde, il demanda pourquoi tout le monde restait quand c’était aussi ennuyeux. Inutile de dire qu’il reçut une fessée qu’il n’oublia pas.

Bref, il décida de ne plus parler de ce lien qu’il avait avec les êtres autour de lui, ni qu’il sentait parfois le vent et l’eau obéir un peu à sa volonté, et en plus ça marchait pas tout le temps. Seulement, alors qu’ils étaient partis se recueillir au cimetière local, un endroit plein de charmes mais qui peut devenir terrifiant la nuit, le jeune enfant se mit à converser avec une pierre tombale jusqu’à ce que le soleil se couche. La réaction de ses parents fût sans appel, il fût exorcisé à maintes reprises et il se renferma.

Devenu soudainement studieux, il lisait et lisait encore histoire de comprendre pourquoi il devait subir tout ça. Durant cette phase d’isolement, il finit par devenir muet un temps. Et puis un jour, ses mots revinrent, il chantait aussi. Juste comme un rossignol aurait on dit.

Tout cela était agaçant, s’il parlait, il ne s’exprimait pas avec la justesse qu’il souhaitait. Il fallut bien des années de lecture et d’introspection pour que ses mots prennent une dimension presque magique. Et au fur et à mesure qu’il s’enfonçait en lui, il s’ouvrit à d’autres arts. Qu’est ce que la violence sinon une dance. Qu’est-ce que la parole sinon un chant. Qu’est-ce que l’écriture si ce n’est un dessin, un dessin mais aussi un chant, un chant silencieux qui raisonne dans l’esprit. Il connaissait son but, se déplacer dans les arts et les perfectionner. Entretemps, l’enfant incompris avait grandi, mûri vous dirait-il. Mais un fruit peut-il murir dans l’ombre de la bibliothèque familiale?

Peu importe ce qu’il avait sous la main il le lisait, et quand il avait fini, il attaquait un autre livre, parchemin ou runes. Sa mère inquiète, de le voir si peu dehors, le força à différentes activités, les arts martiaux, de l’équitation, même un séminaire dans la guilde de bienfaisante ondée pour apprendre l'art du soin. Son père quant à lui l’encourageait à se consacrer aux calculs et à la diplomatie, car, lui disait-il, il prendrait bientôt sa succession à la tête de Celeste.

Il y avait 5 ans , le troisième de la famille, Libris, avait cinq ans. La vague d’aventure qui frappa la ville venait de commencer, et le nom du roi de cœur commençait à apparaître sur les lèvres. Ce jour-là, Noctus avait décidé de s’isoler. Il ne fût pas surpris de voir Dei arriver
.

-Alors tu vas partir?

-On ne peut rien te cacher!

-Reste!

-Pourquoi! Ici je n’ai pas ma place! Tu n’entends pas le vent de l’aventure qui souffle.

-Si, mais... Oh et puis tu ne comprendrais pas!

Et comme prévu Dei partit.

Maintenant c’était lui qui partait dans ce vaste monde, il aurait préféré rester dormir mais sa mère lui avait ordonné de vendre des marchandises sur carte! Alors, il prit la charette de sa famille, des vêtements pour la route, une toile en cas de pluie,son fifre, son matériel de dessin composé d'un chevalet et d'une mine de plomb, et celui d'écriture fait d'un calame et de rouleaux de parchemins, Hyppocrate un des chevaux les plus dociles qui soit, de quoi survivre et un poignard, les routes n'étaient pas toujours sûres.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://latoileblanche.forumperso.com
 
Un artiste, un guide
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Guide] Le charpentier
» [Guide]Du niv.0 au niv.2
» Jeune artiste kidnappé , blessé par balle et laissé pour mort à Cité Soleil
» [Guide]Le prestige
» coulisseau et son guide

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Le matériel de voyage de l'Artiste confirmé :: Les Artistes confirmées-
Sauter vers: